Actualités Internationales

2015
   Mars/Mai
   Janvier/Février

2014
   Juillet/Décembre
   Janvier/Juin

2013
   Janvier/Novembre

2012
   Octobre/Decembre
   
Juillet/Septembre
   
Avril/Juin
    Janvier/Mars

2011
    Aout/Decembre
   
Mai/Juillet
   
Mars/Avril
   
Janvier/Février
Paul Watson, l'ardent défenseur des baleines, lance un SOS à la France
Le point, 12 décembre 2014
Le capitaine Paul Watson est comme un lion (de mer, forcément...) en cage. Visé depuis deux ans par une notice rouge émise par Interpol à la demande du Japon et du Costa Rica, il a trouvé refuge en France, qu'il ne peut quitter sous peine d'arrestation. Or, ses hommes, qui poursuivent le combat à bord d'un des navires de son organisation Sea Shepherd, sont menacés. Des navires braconniers convergent vers le Bob Barker en plein océan Austral et ne sont pas animés des meilleures intentions, selon lui. "Je lance un appel à la marine française pour venir en aide à mon équipage qui comprend plusieurs Français", déclare-t-il au Point.fr.
Président fondateur de l'organisation écologique Sea Shepherd, le capitaine Paul Watson, 64 ans, est surtout connu pour les rudes batailles qu'il livre depuis une bonne dizaine d'années aux baleiniers japonais en Antarctique. Une guerre sans pitié qu'il a provisoirement remportée en 2014 puisque, cet hiver, la flotte baleinière japonaise est restée à quai. Les baleines peuvent donc dormir, entre deux eaux, sur leurs deux oreilles.
Lire la suite

Chasse à la baleine : état des lieux
GEO, 18 décembre 2014
En dépit de la mise en place, en 1986, d’un moratoire interdisant la chasse à la baleine à des fins commerciales, deux pays membres de la Commission Baleinière Internationale (CBI) ne se plient pas à la règle. GEO fait le point sur la situation.
La Norvège et l'Islande : voilà les deux pays, pourtant membres de la Commission baleinière internationale, ayant rejeté le moratoire sur la chasse commerciale de la baleine. Oslo et Reykjavik continuent ainsi de prélever plusieurs centaines de cétacés par an, malgré une baisse importante de la consommation de viande de baleine par les populations locales.
D'autres pays chassent également la baleine, mais en toute légalité. La CBI autorise en effet cette pratique dans deux cas :
- dans un but scientifique, comme c’est le cas pour le Japon, malgré les doutes que certains pays tels que l’Australie entretiennent quant aux réelles motivations de Tokyo.
- dans le cadre d'une tradition de subsistance, comme pour certaines populations d’Alaska, du Groenland et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines dans les Caraïbes.
Deux sanctuaires existent toutefois pour les cétacés : des zones où la chasse commerciale est strictement interdite. Le premier, situé dans l’océan Indien fut institué en 1979. Le second existe depuis 1994 et couvre les eaux de l’océan Austral, le long de l’Antarctique. Mais ces sanctuaires ne protègent pas les baleines de la chasse à but scientifique. C’est d’ailleurs en Antarctique que le Japon prévoit de reprendre la pêche en 2015.

Lire la suite

Aux Canaries, manifestation en haute mer contre Repsol
AFP, 14 décembre 2014
LANZAROTE (Espagne) - Les opposants à la prospection pétrolière au large de l'archipel espagnol des Canaries ont de nouveau manifesté samedi en haute mer, avec le soutien du gouvernement local, contre les forages de la compagnie Repsol, a constaté une correspondante de l'AFP.
Une dizaine d'embarcations se sont retrouvées à la mi-journée à 22 miles marins de l'île de Lanzarote dans l'océan Atlantique (à la latitude du sud du Maroc) pour protester contre les activités du leader pétrolier espagnol Repsol, autorisés par le gouvernement central à rechercher du pétrole dans la zone.
Les bateaux, dont celui du gouvernement local des Canaries, se sont approchés de la zone de prospection, après avoir quitté les îles de Lanzarote et Fuerteventura.
Des manifestants ont déployé des drapeaux proclamant No Repsol. D'autres ont plongé dans l'eau glacée.
Le Rowan Rennaissance, le bateau procèdant aux recherche pour Repsol, se trouve dans une zone d'exclusion maritime décrétée par les autorités.
La compagnie, qui a démarré les recherches le 18 novembre, a déjà perforé jusqu'à une profondeur de 2,3 km, selon Francisco Cedres, un des représentants de la coalition d'associations Save Canarias, opposée à ces prospections.
Selon les opposants, ces prospections sont dangereuses pour la flore et la faune, en particulier pour les cétacés.
Selon eux, la recherche d'hydrocarbures pourrait aussi être dangereuse en termes sismiques et menacer la principale activité des îles, le tourisme, notamment parce qu'elle pose le risque d'une marée noire similaire à celle entraînée par BP dans le Golfe du Mexique en 2010.
En 2013, les Canaries ont attiré 10,6 millions de touristes, soit 17% du total en Espagne.
Je suis patron pêcheur depuis dix ans et ce qui se passe me fait mal, a témoigné l'un des manifestants, Samuel Garcia, 32 ans: J'en ai assez de voir la mer sale et détruite. Ce pétrole doit rester sous terre. Il y a d'autres modèles énergétiques.
De son côté le gouvernement espagnol avance des arguments économiques, estimant que la découverte d'or noir pourrait créér des milliers d'emplois alors que le taux de chômage atteint sur place 30%, et réduire la dépendance énergétique du pays qui importe 80% de son énergie.


Marée noire en Israël : une des "pires" catastrophes environnementales de l'histoire du pays...
French.cri.cn, 4 décembre 2014
Ran Lior, porte-parole du ministère de la Protection environnementale, a déclaré dans un communiqué que des millions de mètres cubes de pétrole brut se sont propagés dans la nuit, endommageant gravement la faune et la flore de la réserve naturelle d'Evrona.
Radio Israël a rapporté qu'une équipe de secours et des travailleurs de la protection environnementale ont réussi "à maîtriser la marée noire".
"Evrona abrite une réserve de palmiers rares doum d'Egypte, une des zones les plus au nord du monde où croît ce palmier spécifique, et une large population de cerfs", a déclaré M. Lior.
Une enquête préliminaire a indiqué que la rupture est due à un coup accidentel dans le pipeline Trans-Israël près d'Evrona, proche de la frontière jordanienne, pendant des travaux de maintenance, selon la chaîne de télévision Channel 2.
Guy Samet, directeur de la Région australe du ministère de la protection environnementale, a déclaré à l'Army Radio que la marée noire est "une des pires pollutions de l'histoire d'Israël". 
"La réhabilitation prendra des mois, si ce n'est des années", a- t-il ajouté, déclarant que l'étendue de la contamination n'a pas encore été déterminée.


Une marée noire au Bangladesh menace des espèces rares de dauphins
AFP, 12 Novembre 2014
Dacca (AFP) - La fuite d'environ 357.000 litres de pétrole provenant d'un pétrolier ayant fait naufrage dans une rivière au Bangladesh, menace des espèces rares de dauphins se trouvant dans le delta des Sundarbans, ont averti des responsables, évoquant une "catastrophe écologique".
Le pétrolier a coulé dans la rivière Shela, qui abrite des dauphins de l'Irrawady et du Gange, après une collision avec un autre navire, mardi.
Cet accident s'est produit dans l'un des trois sanctuaires de dauphins, a déclaré Rubayat Mansur, le responsable bangladais de la Wildlife Conservation Society basée à New-York.
Le pétrolier a été secouru, mais des responsables ont précisé qu'une marée noire s'était répandue dans une autre rivière et dans des canaux des Sundarbans.
Situés à l’embouchure des fleuves Gange et Brahmapoutre, les Sundarbans couvrent 10 000 km2 de terre et d'eau. Leurs forêts et leurs cours d’eau abritent une grande diversité de faune, notamment des espèces menacées d’extinction. On y trouve la plus grande région de forêts de mangroves du monde, et des centaines de tigres du Bengale.
Le site des Sundarbans est classé patrimoine mondial de l'UNESCO.
"C'est une catastrophe pour l'écologie délicate des Sundarbans", a déclaré à l'AFP, le responsable forestier de la zone, Amir Hossain.
"La marée noire a déjà noirci le littoral et menace les arbres, le plancton, les petits poissons et les dauphins" a déploré M. Hossain, qui a estimé qu'elle s'était propagée sur un rayon de plus de 60 kilomètres.
Interrogé par l'AFP, Rubayat Mansur a qualifié cet accident de "catastrophe nationale", accusant les autorités de ne pas oeuvrer suffisamment pour contenir les dégâts.
Précisant que l'air était devenu toxique, il a fait part des informations de pêcheurs qui ont vu des poissons morts. Les crabes sont les plus menacés, a-t-il estimé.
Et, "si les crabes sont touchés, les dauphins et les tigres seront touchés. les dauphins vont avoir du mal à respirer l'air devenu toxique", a-t-il ajouté.
"Le pétrolier a été hissé jusqu'au rivage. Deux réservoirs sont restés intacts, mais le troisième, qui contenait les deux-tiers du pétrole du navire, s'était déjà renversé", a indiqué à l'AFP, le porte-parole du ministère des Transports maritimes, Rafiqul Islam.
Les Nations unies ont demandé au gouvernement bangladais d'interdire totalement le passage de navires commerciaux dans cette zone.


Les gouvernements s’engagent à intensifier les actions en faveur des animaux migrateurs à la conférence des nations unies sur les espèces migratrices
L’ours polaire, la baleine à bec de Cuvier, le requin-marteau et la raie manta du Prince Alfred comptent parmi les espèces migratrices qui vont bénéficier d’une meilleure protection internationale.  La onzième session de la Conférence des Parties (COP) à la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS) ayant eu lieu le 9 novembre 2014 à Quito, visé à définir des actions de conservation en faveur des espèces migratrices du monde entier pour les années à venir.
Lire la suite

Deux pêcheurs norvégiens tombent nez à nez avec six baleines
Samedi 8 novembre, dans un fjord du nord de la Norvège, deux pêcheurs de harengs sont tombés nez à nez non pas avec une, mais six baleines. Lorsqu’ils ont aperçu les souffles des baleines sortant de l’eau, tout autour d’eux, Svein Aasjord et Trond Ivarsoy ont compris qu’ils se trouvaient au-dessus de ces géants des mers.
Lire la suite

Les cétacés ont plusieurs rates !
Une étude menée par des chercheurs brésiliens montre la présence de plusieurs rates chez différentes espèces de cétacés. En effet, dans cette étude 63 baleines et dauphins ont été autopsiés et 60% d’entre eux avaient plus d’une rate (jusqu’à quatorze supplémentaire). Pourquoi ? Selon les chercheurs qui ont conduit cette enquête, les rates surnuméraires seraient utiles aux cétacés pour garder un taux d’oxygène élevé dans le sang pendant une plongée profonde.
Lire la suite

Les photographes locaux sont à l’honneur
L’Observatoire des cétacés en Polynésie française créé une galerie photo sur son site internet afin de mettre en valeur le travail de photographes locaux sur la thématique des mammifères marins en Polynésie française. Ainsi, Tim McKenna, Rodolphe Holler, Renaud Fayada et Christian Coulombe ont répondu à l’appel.  Ce projet permet de faire interagir les photographes mais aussi le grand public autour d’une passion commune. Encore un grand merci pour ce beau partage.
Lire la suite

Découvrir le métier d’Observateur de mammifères marins
Observer des mammifères marins dans leur milieu naturel reste pour beaucoup un passe-temps, mais saviez-vous que l’on peut en faire son métier au Canada ?   « Dehors toute la journée à ne rien faire, ça doit-être le fun! » Et pourtant, au-delà des préjugés et des jugements faciles, l’observateur de mammifères marins doit détenir certaines qualités et connaissances spécifiques.
Lire la suite

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS POUR BANNIR LES SACS PLASTIQUE EN EUROPE !
Surfride, novembre 2014
Une proposition pour réduire l'usage des sacs plastique à usage unique est actuellement en débat au Parlement Européen. Cet accord vise une réduction de 80% à horizon 2019, mais il risque de ne pas de voir le jour car la majorité des Etats Membres font opposition à cette mesure.

Vous pouvez aider ! Faites entendre votre voix et demandez aux différents Ministres de l'Environnement européens de voter pour bannir les sacs plastique à usage unique !

> Agir pour #BanTheBag