Présentation du programme MIROMEN
   Du 29 juillet au 16 août 2013, Globice a mené une campagne de pose de balises Argos et de prélèvements cutanés sur les baleines à bosse (Megaptera novaeangliae) présentes le long des côtes de la Réunion.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de recherche MIROMEN (MIgration ROutes of MEgaptera Novaeangliae), porté par l’association GLOBICE en partenariat avec :

l’ ONG Wildlife Conservation Society (WCS - USA), menant des recherches sur les cétacés à Madagascar depuis 1996. Salvatore Cerchio, chercheur spécialisé dans la conservation des mammifères marins au sein de la WCS, interviendra à titre d’expert sur le comportement des baleines à bosse ;
la Brigade Nature de l’Océan Indien (BNOI – la Réunion), garante du respect des protocoles validés par le Ministère de l’Environnement, fournissant un moyen à la mer et apportant son expertise pour l’approche des animaux et la prise de prélèvements ;
la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA - USA), apportant son expertise pour le choix et la programmation des balises Argos et faisant le lien pour la transmission des données Argos ;
Instituto Aqualie (Brésil) et Webnox (Suède), intervenant pour le déploiement des balises sur les baleines, organismes reconnus pour leur expérience mondiale en la matière ;


L'étude MIROMEN vise au déploiement de balises Argos sur quinze individus adultes, afin de suivre leurs différents mouvements migratoires par satellite ; elle a reçu le soutien financier de la Commission Européenne dans le cadre de l’action préparatoire BEST (Régime volontaire pour la biodiversité et les services écosystémiques dans les territoires des régions ultrapériphériques et les pays et territoires d'outre-mer de l'Union européenne).

Plus spécifiquement, cette étude scientifique a pour objectif :

de mettre à jour les routes encore inconnues utilisées par les animaux ne faisant que transiter par la Réunion vers leur site final de reproduction ou de mise bas quelque part dans l’océan Indien. Il s’agit ainsi d’apporter des informations quant aux échanges entre les différentes régions du Sanctuaire de l'océan Indien ;

de compléter les connaissances sur les secteurs et habitats utilisés à l’échelle de l’île par l'équipement d'individus venus se reproduire ou mettre bas à la Réunion. L’objectif est ici de mieux connaître les déplacements des individus autour de l’île.

de découvrir les routes de migration des baleines à bosse vers leur zone de nourrissage dans les mers australes bordant l’Antarctique.
Méthode :

   
La pose des balises est un procédé très technique qui consiste à implanter les balises Argos sur les individus au moyen d'un fusil hypodermique spécialement adapté à cette fin. Le système d’attache pénètre dans le lard épais de l’animal, juste en dessous de la nageoire dorsale, puis la balise émet ensuite sa position, dès que la baleine est en surface. Au bout de quelques semaines ou mois, la baleine finit par "rejeter" l’équipement, comme nous le faisons nous-mêmes des corps étrangers, par exemple des échardes. Il arrive parfois que les balises se détachent prématurément, par exemple au cours de scènes d’accouplement, lorsque les baleines se frottent l'une contre l'autre.
   La pose des balises s'accompagne de prélèvements cutanés. L’objectif est ici de récolter des données génétiques en parallèle aux données spatiales, relatives aux déplacements des individus, que procurent les balises. Par la comparaison de ces échantillons génétiques à d’autres échantillons prélevés ailleurs dans l’Océan Indien, il est possible de mieux comprendre de quelle manière les différentes populations de baleines à bosse échangent entre elles. Enfin, ces manipulations sont complétées par des photo-identifications des nageoires dorsale et caudale des individus équipés, afin de les identifier individuellement et d'alimenter le catalogue de photo-identification établi par GLOBICE depuis 2001 et qui compte aujourd'hui 839 individus.



Animation des déplacements des baleines :